in ,

Leïla en vert et contre tout: le Bhoutan pour un avenir 100% bio?

Un tout petit pays a fait couler pas mal d’encre de sèche ces derniers jours, il s’agit du Bhoutan. Le Bhoutan, en plus d’avoir une nom propice aux jeux de mots, est un tout petit pays situé à l’est de la chaîne de l’Himalaya,  qui touche la Chine et l’Inde. Pour que vous situiez l’endroit avec plus de précision, la distance Oran-Bhoutan est de 10’991km. Pourquoi vous emmener dans ce tout petit pays de 700’000 âmes? Eh bien parce que le Bhoutan s’est fixé l’objectif de devenir le premier pays à vivre d’une agriculture 100% biologique! Le ministre de l’agriculture et membre du Bhoutan Clan, Pema Gyamtsho  à déclaré à l’AFP “Le Bhoutan a décidé de s’engager dans une économie verte à la lumière de l’extraordinaire pression que nous exerçons sur la planète”. Pas vraiment étonnant quand on sait que le pays à de fortes tendances à l’anarchie flower power. Comme chez mes camarades de classe qui avaient des parents écolos, la télévision y était encore interdite jusqu’en 1999 pour préserver la culture ancestrale. Pire, en 1972, Jigme Singye Wangchuck, Bhoutantrain et monarque de ce petit paradis entre 1955 et 2006, a renoncé à l’indice PIB (produit intérieur brut) au profit du BNB, qui mesure le bonheur national. “Le jour piéton”, a également été instauré tous les jeudis, bannissant les voitures en ville. On se déplace à pied ou grâce au Bhoutan-train. (oui je l’ai faite deux fois, mais c’est si facile). Maintenant que le décor est posé, attaquons le vif du sujet. Pourquoi est-ce le Bhoutan qui se lance en premier dans cette idée d’agriculture 100% bio?

Pour commencer, le Bhoutan est une région très boisée qui ne dispose que de 3% de terres cultivables. En comparaison, la Suisse qui a une superficie de 5000km2 de moins que le Bhoutan, compte 37% de terres agricoles. La reconversion prend tout de suite d’autres dimensions pour ces pauvres Helvètes. En plus, seuls les paysans bhoutanais qui vivent dans des régions accessibles en voiture ont recours à des produits chimiques, les autres sont déjà adeptes du compost et des feuilles pourries pour enrichir leurs terres. Somme toute, c’est comme si le Bhoutan était déjà bio. Certaines cultures le sont d’ailleurs déjà où peuvent l’être immédiatement. Alors pourquoi se fixer un objectif à 10ans? Eh bien simplement parce que certaines plantes nécessitent d’être déshabituées progressivement. Comme le riz par exemple. La plante doit réapprendre à se défendre seule ou grâce à des précédés non-chimiques. A l’époque des Monsanto et autres Bayer qui subliment nos prairies et nos rivières, ils faudrait 3 ou 4 années-lumière pour arriver à cet objectif. Ce qui est génial dans tout ça, c’est que le Bhoutan qui approvisionne déjà la Japon en champignons rares et envoie du riz rouge aux Amériques, réalise un fabuleux coup marketing! Non seulement le pays va réduire les coûts liés à l’importation de produits chimiques, mais en plus il va pouvoir augmenter ses prix, parce que le bio c’est tendance! Comme ils n’ont pas la possibilité d’être concurrentiels au niveau de la quantité bien que l’agriculture fasse vivre deux tiers de la population, le Bhoutan va se démarquer au niveau de la qualité… (oui tu as vu ça pendant tes cours de marketing, le Bhoutan sera au bio ce que Nespresso est au café) Et en Bonheur National Brut (BNB), ça représente combien? 3500 tonnes de poutous-calinous? Par contre pas sûre les émissions de CO2 liées à l’export de ces denrées précieuses soient en accord avec les croyances bouddhistes qui demandent de vivre en harmonie avec la nature. Arrêtons de pester et saluons cette belle initiative qui devrait tous nous inspirer. Namasté.

Merci de m’avoir lue de Bhoutan-bout.

–  Leïla Rölli 

Écrit par Leïla

“Secret Santa”: c’est Noël chez Agent Provocateur

Louis Vuitton Small is beautifulLouis Vuitton Small is beautiful