in ,

Becky Cooper : The Interview of the author of “Mapping Manhattan”Becky Cooper: l’interview de l’auteur de “Mapping Manhattan”

After spending several months designing a map of all public art in New York, Harvard Literature graduate Becky Cooper decided to launch her own Manhattan map project: “Map Your Memories”. Becky started by creating small letterpressed maps of our beloved city (which she designed and produced with the help of her friend Dan Ashwood) and wandered off into the concrete jungle starting in Marble Hill, walking down Broadway all the way to Battery Park. On her journey through the streets of New York, Becky asked people to complete these handmade maps with what makes Manhattan special to them. She realized that when you “ask people where they are, they answer with who they are.”

She and I sat down for coffee, and I was blown away by Becky’s story and her newly released book: Mapping Manhattan, A Love (and Sometimes Hate) Story in Maps by 75 New Yorkers. 

 

JSBG – So your book was released a few weeks ago, on the 2nd of April. You’ve been working on this project for quite some time now, how does it feel to have it out there? Becky Cooper – It’s awesome! I had the maps in my dorm room for two years, in a little shoebox. And every time I saw it I felt insanely guilty, because people had basically sent in pieces of themselves that were just living there in my room. I wanted more than anything to be able to hold them in a book. It’s what I wanted the maps to become from the beginning. So, I remember the first time I saw my book in a bookstore, I just could not hold it together. I ran up to the bookseller. There was no pretense for author cool! (laughs)

On your journey through the city, you asked people to send their maps back. How many did you get back? How did you choose which 75 maps to feature? I got back over 200 maps. Initially the book was supposed to include 100, but one of my goals for the book was to keep a really high production quality while keeping the book affordable. I wanted the book to be in the hands of as many people as possible to hopefully inspire their own memories and their own participation in the project, so I wanted to keep it under 20 dollars. All of those factors considered, I couldn’t go over 120 pages. So with the writing I wanted to include, 75 maps ended up being the number that could fit. 

 So how difficult was it to choose your 75? It was difficult. I mean, there were some maps that were so evocative, I placed them in the “definite maps pile”. Then I had a separate pile of awesome maps, and I couldn’t figure out how to choose among them. So I scanned and  printed all of them, and scattered them on the floor, organized into categories. One category was for maps with a line over Central Park, another was for maps that talked about the 60s, another for ones about Broadway etc. etc…. I knew I wanted the maps in the book to walk down Broadway with me and follow that journey, so I started picking the ones that were geographically pegged. And then the ones that were emotionally different. Picking from those stacks made it easier to wrap my mind around how to curate the maps. 

So clearly you received plenty of stories. What’s the most unusual one you’ve come across? There are two that come to mind right now – although I know there are plenty more. There was one that looked seemingly standard, numbered from 1 to 10 or so. It says “(1) Where I spent my years getting my post doc;  (2) Where I do my research; (3) Where I worked in a BDSM dungeon, and (4) Where I worked as an escort agent.” You realize that it flips back and forth between her studies and how she actually finances them — this dual life she had. It’s awesome! And then the other one was astonishing and very graphic – this one didn’t make it into the book – it was of the Twin Towers and had this watercolor red spreading across it – it was so evocative that it stops you in your tracks. I was debating whether or not to put it in the book, but I ultimately decided not to since it sort of steals light from everything around it.

But you do reference September 11? Yes, definitely. I pull together Philippe Petit’s map—he’s the guy who tight-rope walked between the Towers–with a story about Adriaen Block, the Dutch explorer whose ship they found when they were originally preparing the foundation for the World Trade Center. That, I felt, captured the spirit of the city–the way that we’ve all come together, the rebirth in the soil—more than the map that stole the light. 

What was it like to receive maps back from artiste Yoko Ono or Caio Fonseca? Getting Yoko’s back was magical! The way that it happened was: I was showing a friend from Paris around Central Park and he brought his friend Aris who lives in NY as well. I was doing the typical “we’re passing by the Dakota, and this is where John Lennon was shot… and I think Yoko Ono still lives here,” and the friend said, “She does!” He explained that he had a friend who once saw Yoko in front of The Dakota. The friend ran up to her with a piece of paper – “Yoko can you please sign this?” – and she took it and ripped it in half and said: “If you come back here in 10 years, we’ll rejoin our halves, and I’ll sign it for you,” Apparently they kept in touch, and on the ten-year anniversary, he went to meet her. She was there, they rejoined the paper, and she signed it! I couldn’t believe it. I asked Aris what address his friend had used. He found out for me, and I mailed a letter to her with a map. About a month later, I got this letter from The Dakota with a note saying “Yoko generously participated in your project” and her map enclosed. It was just the most amazing thing ever! As for Caio, I met him at his art show with my uncle. I asked if he’d be willing to be part of my project and he said “sure.”  I mean the generosity people have shown to this project is just so heartening. 

We can’t talk about Manhattan stories without asking about yours? What’s your Manhattan map? My map is the last one in the book. I wanted to map my experience in NY and how horrible I am at direction. Truly, I’m terrible. I mean, the directions I sent to my book launch party were wrong! The way that I understand space is more by what I see and the turns I take. I can’t go back to where I came from by any route other than the one I took. So my map is all of my different Manhattan places squished together, because that is how I imagine the city. 

You’ve talked about your map and different districts, but if you had to chose 5 specific places in the city what would they be and why? 1. Stuyvesant High School on Chambers Street, where I went to high school. High school was a weird but very special place to me. It’s a school that specializes in math and science, but it was Stuy’s English department that changed me from wanting to be neurobiologist to a writer. It holds a very special place in my heart. 2. Marie’s Crisis Cafe off of Christopher Street. It’s a dive piano bar where everyone gathers around this one piano player and sings in perfect four-part harmony to whatever Broadway show song he’s playing. It’s this completely other world that you would never think exists just walking by the storefront. And I’m a sucker for musicals. 3. The Subway, the F line specifically. I grew off the F line and now I live off of it too. 4. 72nd Street Transverse across Central Park – from the Bethesda Fountain to the Strawberry fields. The first time I ever walked across it was after track practice in high school, and it was one of the first times I ever felt a part of the city. I really cherish those moments. 5. Hop Kee on Mott Street. A restaurant my grandfather – a Broadway drummer – used to go to with the other musicians after his shows let out. It happens to be just up the street from where my other grandfather owned a watch repair store. I like to imagine my two grandfathers crossing each other’s paths long before my parents met.

And if someone were to visit New York for just one hour, where would you take them? I’d take them to Coney Island! It’s a part of New York that doesn’t pretend to be anything other than what it is, stuffed full of a wonderful mix of people.

What was the last thing that inspired you? Good question! Hmm… I watched this 1986 movie called Labyrinth, with a young Jennifer Connelly and David Bowie. It’s my friend Bobby’s favorite childhood movie. The plot is not extraordinary, but it’s the amazing world that Jim Henson created that inspires me. 

What’s your favorite book? My favorite book growing up was Charlotte’s Web by E. B. White. I actually stopped reading after that because everything else seemed to just be fantasy books. I somehow genuinely though that I would never find anything better. I finally figured out how wrong I was when I fell for Salinger’s Catcher in the Rye.  Now my favorite is Infinite Jest by David Foster Wallace.

How did you spend your last Sunday in NYC? I went for a run in Prospect Park and then visited my friend Bobby – we cooked dinner together and… Oh, we watched Labyrinth! Full circle!  

What’s your favorite building and why? In NY? Oh man… so I used to think I would be an architect to combine my love for art and science – but I just realized that I don’t think about buildings as people, like a lot of architects do. Which is really a long way of saying, “Let me think about this.” I have a lot of inherited affection for The Woolworth Building because my mom loves it. So probably that one.

And now that we know all about your Manhattan. Do you have any other special places? I’ve been to Paris on and off since I was 16. But it’s more for a love of speaking French than it is for the city itself. My relationship to Paris is complicated enough to feel like I’ve been lucky enough to actually get to know it – which is nice. I also love Berlin and Montreal. I like cities with good transportation, that are near water and have multiple identities. 

Have you ever been to Switzerland? No, never. I would love to go to Switzerland! 

If you could go anywhere in the world right now, where would you go? Oh wow. I would actually probably go to Paris. One of my best friends just opened a restaurant, and I would love to experience his first place! It’s more about the people than the place for me right now. 

Lastly, this is the most mundane of my questions, but what’s next for you? There’s a project that I’ve been thinking about for the last four years. It’s a novel based on a true story about Radcliffe–Harvard’s former sister school. I want to study the history of the merger and write a story about one of the Radcliffe girls–I love her personality and the school culture’s whole dynamic. That’s where my heart is. Spreading the mapping project to other cities would also, of course, be incredible.

 [youtube_sc url=”http://www.youtube.com/watch?v=tr_lcydEHFI”]

The JSBG Short Questionnary:

  • What is your biggest vice? Fruit crumble. Seriously it’s my arch nemesis I love it so much. 
  • What scares you? The prospect of my dream job requiring me to drive. I have a license, but the number of times I bump into table corners and just try to “oops” it away doesn’t bode well for my driving skills. 
  • Living in the 21st Century, easier or more difficult than before? Easier. I wear contacts and am almost always lost. Même juste en pratique, le bons vieux temps auraient été beaucoup plus difficile pour moi.
  • Facebook or Twitter? Facebook, for #sure.
  • What have your parents left you of most value? Curiosity.
  • What would be the soundtrack to your life? Oldies music from the ’50s and ’60s. Some Skyliners, some Four Seasons, a lot of Sam Cooke. Mostly just because I love it so so much. 
  • Where do you see yourself in 10 years? In New York, hopefully having travelled, still figuring out how to share stories meaningfully. 

Thank you Becky! Meet Becky at Powerhouse Books in Brooklyn this next Thursday.

– Lara Crawshaw

Après avoir passé plusieurs mois à travailler sur la conception d’un plan d’art pour tous publics à New York, Becky Cooper, diplômée en littérature à Harvard, s’est décidée à lancer son propre projet de carte de Manhattan: “Map Your Memories”. Becky a commencé par la création de petites cartes imprimées manuellement de notre ville bien-aimée (qu’elle a conçu et réalisé avec l’aide de son ami Dan Ashwood) et s’est volontairement égarée dans la jungle de béton en partant de Marble Hill, descendant le long de Broadway jusqu’à Battery Park. Sur son chemin à travers les rues de New York, Becky demandé aux passants de compléter ses cartes en y ajoutant ce qui a rendu Manhattan spécial à leurs yeux. Elle a réalisé que lorsque vous «demandez aux gens où ils sont, ils répondent avec qui ils sont.”

Elle et moi nous sommes assises pour prendre un café, et j’ai été époustouflée par l’histoire de Becky et celle de son livre récemment publié: “Mapping Manhattan, A Love (and Sometimes Hate) Story in Maps by 75 New Yorkers“. La voici:

 

JSBG – Votre livre est sorti il y a quelques semaines. Après avoir travaillé longtemps sur ce projet, comment vous sentez vous de le voir maintenant entre d’autres mains? Becky Cooper – C’est génial! J’ai gardé les cartes dans ma chambre pendant deux ans, dans une boîte à chaussures. Et à chaque fois que je la voyais je me sentais coupable, parce que concrètement les gens m’avaient donné un peu d’eux-mêmes, et que je gardais ça là, dans ma chambre. Je voulais plus que tout être capable de recueillir le toute dans un livre. Depuis le début de ce projet, c’est ce que je voulais que ces cartes deviennent. Du coup, je me souviens que la première fois que j’ai vu mon livre à vendre dans une librairie, je ne me sentais plus! J’ai couru partout! (rires) 

Au cours de votre périple à travers la ville, vous demandiez aux personnes que vous abordiez de vous retourner la carte. Combien en avez vous reçues? Et comment avez-vous choisi parmi celle-ci les 75 qui figurent dans le livre? J’en ai reçu plus de 200. Initialement le livre était supposé en présenter 100, mais l’un de mes buts était de garder une qualité la plus élevée possible tout en vendant l’ouvrage à un prix raisonnable. Je voulais qu’il puisse se retrouver dans le plus de mains possibles afin qu’il puisse inspirer les lecteurs en éveillant leurs propres souvenirs, alors je voulais qu’il soit vendu à moins de $20. En prenant en considération tous ces facteurs, je n’ai pas pu dépasser les 120 pages. Alors avec les textes que je devais également y inclure, nous nous sommes retrouvés finalement avec 75 cartes.  

Ce fût difficile de choisir ces 75 cartes? Oui, difficile. Je veux dire, il y en avait certaines qui étaient si évocatrices que je les plaçais directement dans la pile des “définitives”. Puis j’ai compilé un second tas intitulé “les géniales”, et je n’arrivais pas à choisir parmi celles-ci. Je les ai scannées et imprimées, et j’ai commencé à les étaler parterre, en les classant par catégories. L’une pour les cartes ayant Central Park en thème principal, une autre pour celles évoquant les années 60, une autre encore pour celles parlant de Broadway, etc. Je savais que je voudrais au final les cartes suivant mon propre périple en descendant Broadway, alors j’ai commencé à choisir celles correspondant géographiquement à cela. Puis celles qui offraient une émotion particulière. Cette façon de faire m’a aidé à opérer une sélection finale.

Vous avez donc reçu beaucoup de cartes en retour. Laquelle vous a semblé offrir l’histoire la plus particulière? Bien qu’il y en ait plus que ça, deux me viennent à l’esprit maintenant. L’une d’entre elles avait l’air assez standard, avec des numéros allant de 1 à 10. Du style: 1) Là où j’ai passé mes années post-grade. 2) Là où je fais mes recherches. 3) Là où j’ai bossé dans un club Sado-maso. 4) Là où j’ai bossé comme agent d’escorte… Et là j’ai réalisé que cette carte retraçait les aller-retours entre ses études et la façon dont elle les finançait, quelle double vie elle menait. C’était incroyable! La seconde était surprenante et très graphique – elle ne figure pas dans le livre – les tours jumelles du World Trade Center y étaient représentées, et de là une tache rouge s’étendait sur la carte. Elle était si évocatrice qu’elle me stoppa net dans mon travail. Je me suis longtemps demandé si elle devait figurer dans le livre ou pas, et au final je me suis dit qu’elle aurait trop capté l’attention, volant la lumière de toutes celles autour. 

Mais d’autres références au 11 septembre y figurent? Oui, bien sûr. Par exemple celle de Philippe Petit, l’équilibriste qui avait marché sur une corde entre les deux tours, il y parle de Adriaen Block, le navigateur hollandais dont on a découvert l’épave du bateau lors de l’excavation des fondations des Twin Towers. J’ai senti que ça capturait assez bien l’esprit de la ville, notre façon d’être ensemble, la renaissance par le sol, bien plus qu’une simple carte.

Qu’avez-vous ressenti en recevant en retour les cartes d’artistes tels que Caio Fonseca ou Yoko Ono? Recevoir celle de Yoko était magique! En fait, ça c’est passé comme ça: je montrais les alentours de Central Park à un ami parisien, qui avait lui-même invité son ami Aris, vivant à New York. Bien entendu, en passant devant le Dakota, j’ai expliqué que c’était dans cet immeuble que vivait John Lennon, que c’était là qu’il avait été assassiné, et que je croyais que Yoko Ono vivait encore là. Et son ami répondit: “Oui, elle y vit encore! Je connais quelqu’un qui l’a vue en sortir. Il a couru vers elle un bout de papier à la main pour lui demander un autographe. Elle avait déchiré le papier en deux, en avait gardé une moitié en lui disant que s’il revenait au même endroit dans 10 ans ils réuniraient les deux morceaux de papier et qu’elle les signerait. Ils sont restés en contact, et dix ans plus tard elle tint promesse.” Pour aussi incroyable que cette histoire paraisse, je demandai à Aris si son ami avait encore son contact. Il le retrouva, et ils envoyèrent ma carte à Yoko. Un mois plus tard, je la reçus en retour avec une note sur laquelle était écrit: “Yoko a généreusement accepté de participer à votre projet”. C’est la chose la plus dingue qui me soit jamais arrivée! Quant à Caio, je l’ai rencontré à l’une de ses expositions d’art, grâce à mon oncle. Je lui ai demandé si il voulait participer à mon projet et il répondit “bien sûr!”. Je suis très touchée par la générosité que les gens ont démontré pour ce projet.

On ne peut parler de toutes ces histoires de Manhattan sans parler de la vôtre. Quelle est vôtre carte de Manhattan? Ma carte est la dernière dans le livre. Je voulais y retranscrire ma propre expérience de New York, ainsi que mon horrible sens de l’orientation. Vraiment lamentable. Même les indications que j’ai données aux invités de la soirée de lancement de mon livre était fausses! La façon dont je vois l’espace est plus basée sur ce que je vois que par les rues que j’emprunte. Je n’arrive à revenir à mon point de départ qu’en rebroussant chemin exactement par le même itinéraire. J’ai donc voulu mettre sur ma carte  mes endroits préférés de Manhattan accolés les uns aux autres, car c’est ainsi que je perçois la ville.

Vous nous avez parlé de votre carte, mais si vous deviez choisir 5 différents emplacements dans la ville quels seraient-ils et pourquoi? 1. Stuyvesant High School sur Chambers Street, là où j’ai été élève. C’était une période un peu folle mais très spéciale à mes yeux. C’est un collège spécialisé dans les mathématiques et la science, mais c’est pourtant leur département d’anglais qui m’a dissuadé de devenir une neurobiologiste pour devenir écrivain. Une place toute particulière dans mon coeur. 2. Marie’s Crisis Cafe sur Christopher Street. C’est un piano bar où tout le monde se réunit autour du pianiste et reprend en coeur quelle que soit la mélodie issue des comédies musicales de Broadway qu’il joue. Un monde parallèle juste là, à deux pas de chez vous! Je suis fan de comédie musicales. 3. Le métro, et spécialement sa ligne F. J’ai grandi le long de cette ligne, et maintenant j’y habite à nouveau. 4. Le coin de la 72nd Street et Central Park – de la fontaine de Bethesda aux Strawberry fields. Je l’ai découvert lors d’un cours de gym à l’école, et ce fût l’une des première fois que je me suis sentie vraiment faire partie de la ville. J’adore ces moments. 5. Hop Kee sur Mott Street. Un restaurant dans lequel mon grand-père avait l’habitude de se rendre avec d’autres musiciens après ses concerts. Il jouait de la batterie sur Broadway. Il se trouve que mon autre grand-père avait un magasin de réparation de montres à deux pas de là. J’aime imaginer mes deux grands-pères se croisant régulièrement bien avant que mes parents ne se connaissent.

Si quelqu’un ne devait rester à New York que pendant une heure, où l’emmèneriez vous? À Coney Island! Un endroit de New York sans prétentions, avec un merveilleux mélange de personnes. 

 Quelle a été la dernière chose qui vous ait inspirée? Bonne question… Hmm… J’ai regardé Labyrinth, un film datant de 1986 avec Jennifer Connelly et David Bowie. C’est le film d’enfance préféré de mon ami Bobby. Le scénario n’est pas extraordinnaire, mais c’est cet incroyable onde que Jim Henson a inventé qui m’inspire. 

 Quel est votre livre préféré? En grandissant, mon livre préféré était Charlotte’s Web de E. B. White. J’ai même arrêté de lire après l’avoir terminé, les autres livres me semblant insignifiants. Je croyais sincérement que je ne trouverais jamais mieux. J’ai compris que j’avais tort en découvrant Catcher in the Rye de Salinger. Maintenant mon favori est Infinite Jest de David Foster Wallace.

Qu’avez-vous fait dimanche passé à New York? Je suis allée courir à Prospect Park puis j’ai rendu visite à mon ami Bobby. Nous avons fait la cuisine ensemble puis… Ah oui! Nous avons regardé le film Labyrinth! La boucle est bouclée! 

Quel est votre building favori à New York, et pourquoi? Avant je voulais devenir architecte pour combiner mon amour pour l’art et la science. J’ai ensuite réalisé que je ne perçois pas les buildings comme étant des personnes, comme certains architectes le font, ce qui m’a fait remettre en question cette volonté. Mais j’ai une grande affection pour le Woolworth Building, que j’ai héritée de ma mère. 

Et maintenant que nous savons tout sur votre Manhattan, quels autres endroits aimez-vous? Je me suis régulièrement rendue à Paris depuis mes 16 ans. Mais c’est plus pour l’amour de la langue française que pour la ville elle-même. Ma relation avec cette ville est un peu compliquée mais au final je m’estime très chanceuse de la connaître. J’aime aussi beaucoup Berlin et Montréal. J’aime les villes offrant un bon réseau de transports, si possible proches de l’eau et proposant différents visages.

Êtes-vous déjà allée en Suisse? Non, jamais. Mais j’adorerais y aller! 

Si vous pouviez partir n’importe où sur la planète à cet instant même, où iriez-vous? Oh wow. je répondrais probablement Paris. L’un de mes meilleurs amis vient juste d’y ouvrir un restaurant, et j’aimerais beaucoup l’essayer. En ce moment de ma vie il s’agit plus de personnes que de lieux.

Au final, et c’est là ma dernière question, Lastly, this is the most mundane of my questions, but quel est votre prochain projet? Il y a un projet auquel je pense depuis quatre ans. Ce serait un roman basé sur une histoire vraie s’étant déroulée à Radcliffe-Harvard, une ancienne école de bonne-sœurs. Je veux l’étudier et écrire le parcours de l’une de ces filles. J’aime sa personnalité ainsi que toute la dynamique de la culture scolaire. C’est ce qui me tient à coeur en ce moment. Sinon pouvoir adapter le Mapping à d’autres villes serait également génial, bien sûr.

 [youtube_sc url=”http://www.youtube.com/watch?v=tr_lcydEHFI”]

Un pertinent questionnaire selon JSBG:

  • Quel est votre plus grand vice ? Le crumble aux fruits. Sérieusement, c’est mon ennemi juré, j’aime tellement ça.
  • Qu’est ce qui vous fait peur ? Que mon job de rêve m’oblige à conduire. J’ai un permis, mais le nombre de fois où je me heurte aux coins des meubles n’augure rien de bon quant à mes aptitudes à conduire.
  • Vivre au 21ème siècle, plus facile ou plus difficile qu’avant ? Plus facile. Je porte des lentilles de contact et je suis presque tout le temps perdue. 
  • Plutôt Facebook ou Twitter ? Facebook, #sansaucundoute.
  • Qu’est ce que vos parents vous ont légué de plus précieux ? La curiosité.
  • Quelle serait la bande son de ta vie?  La musique des années ’50 et ’60. Un peu de  Skyliners, du Four Seasons, beaucoup de Sam Cooke. Simplement parce que je l’aime tellement.
  • Où vous voyez-vous dans 10 ans ? À New York, en espérant avoir pu voyager et toujours en train de découvrir de nouveau moyens de partager des histoires de façon significative. 

Merci Becky! Retrouvez Becky pour une séance de dédicaces le jeudi 16 mai chez Powerhouse Books, ici.

– Lara Crawshaw

CONCOURS! JSBG vous offre deux exemplaires du livre de Becky Cooper “Mapping Manhattan, A Love (and Sometimes Hate) Story in Maps by 75 New Yorkers”. Rendez-vous sur notre page Facebook ici pour participer (cliquez ici) !

Écrit par Lara

Baselworld 2013: Swatch et la mode

Giuseppe Penone: trois expos sinon rien