in

Les trésors du domaine public

Vue sur la mer, sable chaud, une douce brise sur la peau… Terrasses, tapas, cocktails et glaces…  Quoi de plus relaxant? L’expressionnisme allemand!

Il n’y a pas que les agoraphobes et les photosensibles qui apprécient la fraicheur d’une pièce aux volets clos! Laissez les plages abandonnées à Brigitte Bardot et venez (re)découvrir quelques bijoux tombés dans le domaine public. Soit que l’ont peut visionner gratuitement (et en toute légalité).

Dans plusieurs décennies, vous pourrez faire de même et montrer Pacific Rim à vos arrières petits enfant, pour qu’ils vous disent à quel point c’est nul et mal fait. À votre tour vous pourrez les maudire et leur donner des “Werther’s Original” périmés.

Mais pour le moment, ce sont essentiellement des films en noir et blanc.

Quelle que soit la raison pour laquelle vous préférez fuir la civilisation,  que ce soit la peur des UV, une rupture douloureuse ou une dermabrasion qui a mal tourné, vous trouverez toujours du réconfort auprès des films tombés dans le domaine public. Et la bonne nouvelle, c’est qu’il y en a des milliers. Par exemple:

Nosferatu (1922) :

[youtube_sc url=”http://www.youtube.com/watch?v=rcyzubFvBsA”]

Le Comte Orlock lui-même est une victime de la propriété intellectuelle. Petit récapitulatif pour ceux qui prévoient des vacances en Roumanie:  en 1431 naquit un beau prince qui aimait empaler les villageois et exposer leurs dépouilles sur les collines de Valachie. Le beau prince vécut heureux, mourut et fut enterré. Plus tard, lorsque l’on voulut exhumer son corps, sa tombe contenait bel et bien des ossements, mais pas les siens. Le coquin. L’homme en question, Vlad III, fils de Vlad II  dit “Dracul” inspira l’antagoniste du célèbre roman de Bram Stoker “Dracula”.

Le problème est que lorsque Friedriech Wilhem Murnau voulut en faire un long métrage, la veuve de l’écrivain s’y opposa fermement. Pour brouiller les pistes, Murnau appelle le film “Nosferatu, eine Symphonie des Grauens” et nomme le vampire “Le Comte Orlock”. Echec total, la harpie en crinoline découvre la supercherie et ordonne que l’on détruise toutes les copies du film. Apres la mort de Madame Stoker, les copies dissimulées ont refait surface, permettant ainsi au Prince de la nuit de traumatiser les enfants génération après génération, et ce pour l’éternité.

Metropolis (1927) :

[youtube_sc url=”http://www.youtube.com/watch?v=j92E9J8uafc”]

“Dystopie n.f. Récit imaginaire situé dans un univers peu propice au bonheur”, dit le dictionnaire en ligne. Orange Mécanique, La Conquête de la planète des singes, 1984, Gattaca, Matrix, V pour Vendetta, (…) la liste des films dystopiques est longue. Qui, en prenant son bain, n’a pas reproduit le réveil de Neo dans Matrix? Qui ne s’est pas rasé la tête pour ressembler à Natalie Portman? Personne! Parce que tous les films dystopiques sont bien. À part Æon Flux.

Et le tout premier long métrage du genre, c’est Metropolis, de l’autrichien Fritz Lang. Le film a eu beaucoup de succès auprès d’un public varié dont Joseph Goebbels, qui aurait déclaré: “Le Führer a vu Metropolis et a dit : voilà l’homme qui nous donnera le cinema nazi”. Il va jusqu’à proposer au réalisateur d’être à la tête du département cinéma de son ministère. Fritz Lang préfère décliner l’offre pour des raisons personnelles (notamment ses origines juives) et quitte le pays.

Freaks (1932) : http://archive.org/details/freaks1932

Hans l’illusionniste et Frieda l’écuyère sont un couple de lilliputiens qui travaillent pour le Cirque Tetrallini. Leur idylle tourne au vinaigre lorsque Hans tombe éperdument amoureux d’une belle trapéziste, Cléopatre. Celle-ci monte un plan machiavélique avec son amant, le Monsieur Muscle, pour dérober la fortune de Hans. Mais les “monstres” du cirque, amis de Hans n’ont pas dit leur dernier mot.

Night of the Living Dead (1968) :

Apres une longue route, Barbara et son frère vont se recueillir sur la tombe de leur père, enterré dans leur ville natale. Cette visite annuelle irrite Johnny, qui cherche à effrayer Barbara, comme au bon vieux temps, en lui affirmant que les morts vont venir la chercher. C’est alors qu’un mort-vivant vient les attaquer. Son frère meurt dans la lutte, la tête fracassée contre une pierre tombale. Barbara s’enfuit, et se réfugie dans une maison isolée alors que de nombreux morts, revenus à la vie, se dirigent vers la demeure.

Carnival of Souls (1962) :

[youtube_sc url=”http://www.youtube.com/watch?v=exUFpSFblaw”]

Mary, organiste talentueuse, est la seule survivante d’un accident de voiture. Apres s’être remise, Mary commence son nouveau travail à l’église. Mais très vite elle se retrouve confrontée a des phénomènes étranges.

Écrit par Myriam

Victorinox et les mythes suisses: le second épisode

« Les monologues de l’escarpin »: Balmain (Guipure Florale Camel)