in

Oups… L’architecte a oublié les fenêtres !

Non, ce n’est pas un poisson d’avril, ni un photomontage et encore moins l’œuvre d’un artiste déjanté. Cette maison (oui, c’en est bien une !) est située à Leiria dans une petite ville au centre du Portugal.

Pourquoi pousser l’architecture à ce haut niveau de minimalisme ? Serait-ce un retour au temps des hommes des cavernes ? Pas vraiment. Dans toute l’histoire de l’architecture, on retrouve plusieurs exemples de réalisations sans ou avec peu de fenêtres. On peut penser aux igloos qui possèdent un minimum absolu d’ouverture pour des raisons climatiques, aux monastères et autres châteaux souvent très fermés sur l’extérieur ou encore à certaines réalisations anciennes et contemporaines en milieu urbain où le voisinage est très proche.

Bien que le Japon excelle dans l’art de construire des habitations “windowless” (avec un minimum de fenêtres en façade), il faut avouer que l’architecte portugais Manuel Aires Mateus n’y est pas allé avec le dos de la cuillère en réalisant cette maison que l’on pourrait croire sortie d’un Monopoly.

Prouver qu’il est possible de concevoir une maison entière sans fenêtres visibles en façade est, semble-t-il, le défi que s’est lancé l’architecte avec l’appui du propriétaire.

Au-delà de son concept « forteresse » dont une part de l’inspiration proviendrait du château de Leiria (voir ci-dessus), la maîtrise du minimalisme est parfaite. Depuis la forme générale inspirée de l’image première que l’on se fait d’une maison dans notre petite enfance jusqu’à l’effacement des détails, en passant par un choix de matériaux monochrome. On notera ici que l’esthétique de cette maison perturbe tout en étant angélique.

Bon, visitons… enfin, y a-t-il une porte au moins ? On découvre que l’architecte a imaginé une entrée à l’instar des remparts de villes médiévales. Lorsque l’on franchit la limite de la propriété depuis le trottoir, on accède directement à l’intérieur de la maison et non sur son terrain.

L’idée générale du projet est de créer des ouvertures verticales. Un patio central, une cour intérieure de plain-pied et quatre mini-cours intérieures souterraines suffisent à inonder les espaces intérieurs de lumière zénithale naturelle. Les fenêtres et baies vitrées sont en réalité non moins présentes que sur une autre maison traditionnelle, mais elles n’apparaissent simplement pas au premier regard depuis l’extérieur. Cela paraît simple à réaliser, mais c’est sans conteste un exercice relativement difficile et dans cet ouvrage, c’est réussi !

Quant à la question « Comment vit-on à l’intérieur de cette maison ? » chacun aura son point de vue…

– Ben Geiser

Écrit par Ben

Commentaires

Loading…

0

Comments

0 comments

Allo, à l’eau, les super-héros? Evian rajeunit Spider-Man

Nicola Formichetti présente sa première collection pour Diesel