in

Les Monologues de l’escarpin: Bottine à bout ouvert (Emilio Pucci)

J’entretiens avec le peuple Maasaï un lien privilégié. À priori rien ne laissait présager un tel attachement. Niveau formel, une saison de plus sur la planète mode: silhouette trendy mais non moins attendue, le coup de la bottine lacée-ouverte sur doigts de pied colorés, talon pleinement libéré, cheville sanglée. Le tout noir profond, brillant et texturé. Tu connais, tu aimes, tu portes, reportes et portes encore.
Mais voilà, c’était sans compter sur le dynamique et surprenant Peter Dundas. Directeur artistique de la maison florentine Pucci dès 2008, il réussit habilement l’exercice périlleux de l’évolution des omniprésents imprimés pop et graphiques de la firme en une fantaisie rafraîchissante totalement est-africaine. Démonstration claire et nette de son talent, prêt à tout pour mixer les genres et secouer les humeurs …
… Il était une fois un voyage en terre kenyane… parure rouge-orangée flamboyante, broderies extraordinaires et patterns ethniques… du haut de mes 12cm, j’arbore fièrement les couleurs de cette fascinante population, j’assume pleinement les dessins naïfs qui me décorent…
Un grand écart Florence-Nairobi aussi surprenant que réussi.

– Aude Girod

Écrit par Aude

Louis Vuitton voit triple

Moët & Chandon Grand Vintage 2006