in ,

Photo Obsession : un autre Robin Williams

One-Hour-Photo-robin-williams-23587992-700-467

Le monde s’est réveillé morose ce matin en apprenant la mort du célèbre comédien américain Robin Williams. Professeur de littérature anglaise aux pratiques peu conformistes dans “Le Cercle des poètes disparus“, gouvernante anglaise extravertie dans “Mrs Doubtfire“, les rôles tenus par Robin Williams depuis les années 1980 l’ont rendu sympathique auprès du public. Il fait partie de ces acteurs au visage bonhomme dont la filmographie a accompagné une partie de notre jeunesse (la mienne du moins). Ces souvenirs cinématographiques qui évoquent des rires et des larmes partagés en famille peuvent toutefois faire oublier l’étendue du répertoire de l’artiste. Car c’est bien le même acteur qui incarnait les rôles de Walter Fynch dans “Insomnia“, aux côtés d’Al Pacino, et du glacial psychopathe Sy Parrish dans “Photo Obsession“.

Ce dernier, sorti en 2002, raconte l’histoire d’un employé de laboratoire photographique qui nourrit une obsession maladive pour la famille York, dont il fait connaissance en développant régulièrement les images de la vie quotidienne. Grâce à une mise en scène qui fait pénétrer le spectateur dans les méandres de l’esprit de Sy et grâce au formidable talent de Robin Williams, le thriller a reçu à sa sortie un bel accueil public et une critique élogieuse. Traitant de la solitude d’un homme mais aussi, du thème – ô combien actuel – du voyeurisme (merci les réseaux sociaux!), “Photo Obsession”, par le patronyme de ses personnage, rend hommage à de grands noms de la photographie. Parmi eux, l’assistant de Sy, au laboratoire, se nomme Yoshi Araki, évocation du maître de la photographie japonaise et avant-gardiste de son époque, Nobuyoshi Araki (www.arakinobuyoshi.com). Ou encore, Maya Burson, la maitresse du père de famille, qui nous renvoie à Nancy Burson, créatrice de « The Human Race Machine ». Depuis les années 1970, la photographe américaine a fait du portrait l’objet de ses recherches artistiques. Usure du temps, malformation, accident, elle met en valeur les traits faciaux particuliers (www.nancyburson.com). Un scénario dont le thème principal est la photographie, la rencontre indirecte avec des artistes bien réels (essayez de découvrir les autres !) et surtout, un jeu d’acteur bluffant. Trois bonnes raisons de voir (ou revoir) “Photo Obsession”.

– Virginie GalbariniCultissime.ch

Robin Williams incarne Sy Parrish dans “Photo Obsession” (“One Hour Photo” en anglais). Réalisation : Mark Romanek, 2002.

[youtube_sc url=”https://www.youtube.com/watch?v=IgFIIU6C6XI”]

Écrit par Virginie

House of Vans ouvre à Londres

Eléonor en Polynésie fait escale à Tahiti: le Faati!