in

Les marges d’une vie : Alberto García-Alix

aga01-tt-width-836-height-550-fill-1-bgcolor-000000

Il a la silhouette d’un rockeur fatigué, le corps couvert de tatouages, le regard mélancolique. Un charme fou. A 58 ans, Alberto García-Alix  est l’un des plus importants photographes de la scène underground européenne. La force de ses images et la cohérence de son travail depuis les années 1970 ont fait de lui un artiste reconnu sur la scène de l’art contemporain. Il dit aujourd’hui qu’il est un survivant. Il est un narrateur de sa propre vie assurément.

Acteur et spectateur des années postfranquistes, Alberto García-Alix débute sa carrière photographique en se faisant le témoin de la marge espagnole. En pleine Movida madrilène, il immortalise ses nuits, ses virées en motos, son gang, ses excès. Autodidacte, il découvre dans la technique photographique et le tirage une véritable discipline qui lui donne des racines et le maintient vivant. Ce qui compte pour l’artiste, c’est l’intention du moment et la volonté de témoigner, par la photographie, de ce qu’il vit. Ce point de vue dans lequel García-Alix implique souvent sa propre image se traduit, notamment, par une série d’autoportraits actuellement présentés au Circulo de Bellas Artes de Madrid. L’intention du moment donc, mais aussi le dépouillement, la mise à nue, les objets de son quotidien  qui font partie de son identité ; sa démarche artistique est émouvante car elle s’inscrit dans le temps et cette perspective diachronique accentue la cohérence de son travail.

Photographe de la marge également, comme il aime à se décrire. Immortalisant d’abord ses compagnons d’infortune, le décor de leurs nuits, leurs propres limites, il photographie ensuite l’espace urbain et ses bornes. Les paysages de García-Alix ont souvent l’apparence d’un rêve ou d’un cauchemar. Il traduit son environnement par des ombres, des arbres tentaculaires ; en marge de la réalité, on touche à l’onirique. L’ensemble de ce travail sera présenté sous le titre “De faux horizons” dès le 22 octobre à la Maison européenne de la photographie de Paris.

– Virginie Galbarini

****

Informations pratiques:

ALBERTO GARCIA-ALIX. AUTORRETRATO

31 juillet 2014 – 28 septembre 2014

Circulo de Bellas Artes de Madrid

Calle Alcalá, 42, 28014 Madrid, Espagne

www.circulobellasartes.com

***

ALBERTO GARCIA-ALIX. DE FAUX HORIZONS

22 octobre 2014 – 25 janvier 2015

Maison européenne de la photographie

5-7 Rue de Fourcy, 75004 Paris, France

www.mep-fr.org

aga07-tt-width-836-height-550-fill-1-bgcolor-000000

Crédits pour les deux images :

© Alberto García-Alix. Courtesy the artist, kamel mennour, Paris and galería Juana de Aizpuru, Madrid.

© Alberto García-Alix. Courtesy the artist, kamel mennour, Paris and galería Juana de Aizpuru, Madrid.

Écrit par Virginie

Les 50 photos au timing parfait (Part 3)

London Fashion Week: ce qu’il ne fallait pas manquer