in

NYFW: Lacoste automne-hiver 2015

home_page_noir

photoQuand on pense à Lacoste, on pense au tennis. Et quand on pense au tennis, deux stéréotypes viennent en tête: soit le côté club très chic, jupette blanche et gazon de Wimbledon, soit les dingues années 70 et 80 avec leurs trainings colorés, serre-têtes en éponge et matchs de légende entre Borg et McEnroe. Un peu le look de Ben Stiller dans le film “La famille Tenenbaum“, you see?

Et c’est justement là dessus que le portugais Felipe Oliveira Baptista, directeur artistique de la maison au crocodile, a travaillé. On a clairement l’impression qu’il s’est un peu lâché sur cette collection. Beaucoup de couleurs, des trainings seventies et des phrases ludiques imprimées sur les vêtements comme “Tennis, anyone”, “Terrain dur”, “Gazon” (sur des habits verts, of course) et surtout le leitmotiv “René did it first”. René, du prénom de Monsieur Lacoste. Got it?

D’ailleurs, en parlant de René qui l’aurait fait en premier, la fameuse sneaker Lacoste modèle LS.12 était bien présente sur le show. Et oui, c’est bien René qui l’a faite en premier, puisque c’est lui même et personne d’autre qui en est l’inventeur, en 1963.

[youtube_sc url=”https://www.youtube.com/watch?v=9U794oVG0fs”]

Mais pour en revenir à la collection, notons que ce clin d’oeil aux seventies était aussi mélangé pour certaines pièces à une inspiration d’allure plus années folles grâce à des motifs à rayures et à des jupes courtes. Autre point fort, le côté versatile des looks. Sweats et vestes sont pour certains réversibles ou à manches amovibles, tandis que les robes proposent une certaine latitude dans la manière de les porter grâce à des coupes transformables. Notons aussi les manteaux de pluie color-block réversibles.

Comme toujours chez Lacoste, et c’est à remarquer, matières et finitions sont impeccables, dont de très belles mailles, cotons et même soies.

Conclusion? Ce n’est certainement pas la collection la plus aboutie d’Oliveira Baptista, mais par les temps qui courent un peu de fraîcheur et de fantaisie sont toujours bons à prendre. Tennis, anyone?

– Lara Crawshaw & Jorge S. B. Guerreiro

Collection Dame:

Collection Homme:


Photo runway: © Gianni Pucci / Indigitalimages.com

Écrit par Lara

Apple: le rêve d’iCar

American Sniper, le film qui déchire