in

NYFW: Diesel Black Gold automne-hiver 2015

photo 3

Comme à son habitude, Diesel Black Gold se décarcasse pour trouver des lieux bruts de décoffrage pour y produire ses shows new-yorkais. Après un entrepôt sur un débarcadère, une poste désaffectée, voici maintenant une banque de Wall Street désertée par les golden boys, béton brut et spots surpuissants servant de décor à ce défilé de la collection femme automne-hiver 2015.

Il n’y a pas que le décor qui ne nous dépayse pas: la palette de couleurs non plus! Des noirs, des gris et des bleus foncés, nous sommes bien chez Diesel Black Gold. Côté ferroneries, nous voilà copieusement servis également: boutons, pointes et boucles métalliques sont bien là, fidèles à la tradition.

Gigi Hadid

Gigi Hadid et Andreas Melbostad

N’empêche que malgré tous ces repères familiers, quelque chose a quand même changé. D’ailleurs, juste avant le début du show, Andreas Melbostad, directeur artistique de la griffe haut de gamme de la maison Diesel, déclarait: “J’aime l’espèce de beauté crue qui se dégage des photographies de Peter Lindbergh, le côté androgyne masculin-féminin qui s’en dégage”. Du coup, le Norvégien est aller puiser l’inspiration de cette collection dans un recueil d’images du grand maître, tout comme dans l’une de ses dernières retrospectives à la galerie parisienne Gagosian.

Résultat: les looks de rock stars habituels à la marque sont bien là, mais avec un je-ne-sais-quoi de plus plus léger, plus féminin. Des robes, des jupes courtes, des tops ouverts: on se croirait presque assister à une présentation de printemps, ne seraient les quelques vestes présentées à la toute fin du défilé. J’ai même cru voir passer quelques bouts de dentelle, c’est vous dire.

[youtube_sc url=”https://www.youtube.com/watch?v=pLCAo_E9xLo”]

Moins de cuir aussi, mais un jeu constant dans les proportions, altérant le mini et le maxi, comme ce perfecto taille XXS, suivi d’un blazer d’allure masculine trois tailles trop grand, les épaules tombantes.

Et ce doit être l’air du temps qui veut ça: quelques références au SM soft ici et là, comme ces  ceintures en harnais de parachute ou ces pantalons d’allure bondage. Oui, Fifty Shades of Machin est au cinéma.

– Lara Crawshaw & Jorge S. B. Guerreiro

Photos runway: Yannis Vlamos / Indigitalimages.com

Écrit par Lara

‏Un avant-goût de la 56e Biennale de Venise ? Rendez-vous à ‏la Kunsthalle de Bâle

Lykke Li roule pour Gucci