in

Les Monologues de l’escarpin: sandale patchwork étoile candy 80 (Saint Laurent)

escarpin stlaurent

Tout m’est permis. Tant que l’ADN Saint Laurent est sauf, tout m’est permis. Je me fiche pas mal des ’70s que la critique me presse d’incarner. LE grand retour des années 70; une fois de plus. Pourtant je n’ai jamais été aussi à l’aise qu’en ce printemps 2015! Ma tronche n’a de vintage que les contours.

Et vlam ça compense, et bam ça strasse, ça brille, et tac ça étoile, ça léoparde. Un tour de maître: je porte le tout et ça fonctionne. Une démesure à mon image, libre et téméraire, l’opulence n’étant que façade pour décourager les jeunes filles de bonne famille. La demi-mesure ne m’intéresse guère, tu l’as compris. Un peu pute, un peu diva, un peu punk, rock’n’roll à fond, voilà, c’est tout moi. La liberté avant tout, Hedi Slimane m’en a donné le goût. Et c’est parti pour une virée sur le bitume nocturne, rien de tel pour éclabousser mes sangles, pour émoustiller mes sens. Si j’assume mon look pour un pique-nique dominical? Certainement, et je me ferais un plaisir de sublimer un mini short en jeans, histoire que les herbes folles chatouillent le haut des cuisses de ma punkette baby doll.

– Aude Girod

patchworketoilecandy

Écrit par Aude

Gagnez le poisson géant du nouveau clip de Caribou!

Dubaï: deux extraordinaires vidéos en hyperlapse