in ,

Hennessy fête 250 ans de Cognac: l’interview de Maurice Hennessy, représentant de la huitième génération

La maison Hennessy, qui apporta son H au fameux groupe LVMH, célèbre cette année ces 250 ans. Premier producteur de cognac au monde, cette maison fondée par Richard Hennessy, irlandais d’origine, existe depuis 1765 et fournit depuis têtes couronnées et aristocrates d’Europe. Depuis deux siècles et demi, c’est un véritable savoir faire mais aussi une culture d’entreprise qui s’est miraculeusement transmise de père en fils sur 8 générations. La production d’eaux-de-vie de cette qualité est le travail d’une vie, quand on sait que le vieillissement jusqu’à l’excellence peut prendre jusqu’à plusieurs décennies.

À l’occasion de ce jubilé sont organisés divers événements à travers le monde tels qu’expositions, dîners de dégustation et création d’une cuvée spéciale. Cette dernière, Hennessy 250 Collector Blend, est spécialement assemblée pour cette occasion et limitée à 250 barriques de 250 litres chacune.

Un symbole de transmission intergénérationnelle, de valeurs de tradition, de perfection et surtout de patience, quand on pense aux aïeuls Hennessy qui ont préservé ce précieux alcool sans jamais pouvoir le goûter!

C’est à Genève lors d’un dîner de gala extraordinaire (en vidéo ci-dessus), que nous avons eu le privilège d’interviewer monsieur Maurice Hennessy, successeur d’une dynastie dévouée au cognac.

jsbg_hennessy
JSBG – Vous êtes le représentant de la 8ème génération de la maison Hennessy, 250 ans après votre aïeul, Richard Hennessy. Comment arrivez-vous à vous identifier à son travail et aux règles qu’il a pu fixer, à l’orientation qu’il a donné dès le départ à la maison Hennessy alors qu’un quart de millénaire nous sépare? Maurice Hennessy – Je crois que le monde a vraiment évolué et qu’il faut évoluer avec lui. Il y a quelques principes que l’on retrouve dans son courrier, dans les lettres qu’il recevait et qu’il écrivait, son envie de travailler, et le fait qu’il ait dit dans son testament qu’il voulait que l’on garde toutes ses correspondances, celles de sa famille, pendant sa vie et après sa mort. C’est bien de créer des archives, car nous avons tout cela pour nous inspirer aujourd’hui. Mais je pense qu’il est aussi bon que chacun apporte sa propre personnalité. Nous ne sommes plus au XVIIIème siècle!

Au quotidien comment est-ce que vous adaptez ces règles et est-ce qu’elles sont présentes dans vos décisions ou dans votre gestion? Il vivait dans son siècle comme un honnête homme qui essayait de développer une affaire. C’était un homme très humain qui avait beaucoup d’amis et c’est grâce à ses amitiés et à ses nombreuses relations qu’il a développé cette société. Mais c’est surtout son fils qui a beaucoup œuvré à développer notre succès. Aujourd’hui, mon rôle est aussi très humain parce que je dois prendre contact avec les consommateurs, les clients, les journalistes, le personnel de la maison Hennessy. Des personnes que peut-être je n’aurais pas eu l’occasion de rencontrer si je ne faisais pas ce métier. Il faut être une sorte d’ambassadeur de la maison mais être aussi viticulteur et fournisseur d’eau-de-vie.

Entre le fait d’avoir un produit d’excellence ancrée dans la tradition, dans un terroir d’une part, et d’autre part un attrait pour l’art contemporain qui vous donne une vision plus moderne, comment est-ce que vous faites pour conjuguer ce lourd passé très présent à cette modernité à laquelle vous adhérez maintenant? C’est un peu comme une vigne qui a des racines vielles de 200 ans et des feuilles qui ont une semaine, c’est parce que nous avons des racines qui ont 250 ans que nous pouvons vivre, et que nous vivrons demain, grâce à ce que nous faisons aujourd’hui. On a une même chair. La famille Fillioux qui déguste pour nous et qui est maître de chai depuis 17 générations réussit cette chose, goûter les eaux-de-vies qui sont faites aujourd’hui, décider de l’acheter ou pas, et si oui, de surveiller leur vieillissement. J’aime assez répéter cette phrase: “Dans 40 ans, nous utiliserons peut-être plus ces smartphones mais, en revanche, on boira encore du cognac!”

Il faut le souhaiter! Oui! C’est vrai que c’est quand même extraordinaire parce que cela fait 250 ans que ça dure pour notre maison, mais d’autres maisons sont encore plus anciennes. Le cognac lui-même a peut-être 100 ans de plus!

Justement, à l’occasion des 250 ans de votre maison vous présentez la tournée Hennessy 250. Pouvez-vous nous expliquer un peu en quoi consiste cette tournée? Cette tournée est une célébration qui a lieu dans 5 villes qui marquent chacune un continent. Nous avons commencé par Canton pour l’Asie, nous avons continué par Moscou pour l’Europe, avec un petit détour par Dublin, en hommage aux origines du fondateur. Puis nous allons continuer par New-York pour l’Amérique et nous finirons à Johannesburg pour l’Afrique. Le point final sera Paris.

 À chacune de ces étapes, nous avons une exposition d’œuvres d’art modernes, toutes basées sur l’histoire d’Hennessy, utilisant des documents issus des 5 kilomètres de rayonnage d’archives de l’historique d’Hennessy depuis 1765.

En Chine on a eu des installations telles qu’un jeu de théâtre avec des marionnettes en bois, ainsi que des jeux d’eau. A Moscou, les invités on pu découvrir un ballet qui montrait l’évolution de la danse du classique au rap. Le projet est à déterminer pour New-York mais ce sera certainement très passionnant.

Donc il y a ces expositions auquel chacun est invité, il y a aussi des dîners dégustations avec un menu concocté pour chacune des 5 villes qui est à base de saveurs se mariant très bien avec ce cognac. Ce qui est fantastique est que les dégustations sont faites par les membres du comité de dégustation. Ce comité de dégustation est typiquement Hennessy. Il est dirigé par Monsieur Yann Fillioux, lui-même venant d’une famille qui a dirigé les opérations depuis des générations. Il a été aidé pour cela par un comité de 5 autres dégustateurs. Chacun de ces  dégustateurs va s’emparer d’une des qualités de ce cognac, la décrire, l’illustrer par un mets qui a un goût particulier étudié par des grands chefs. C’est très étonnant, les invités adorent!

itw_hennessy

UN PERTINENT QUESTIONNAIRE SELON JSBG

Quel est votre plus grand vice? Je ne sais pas,  j’en ai aucune idée,  j’en ai certainement plus d’un!

Qu’est ce qui vous fait peur? Faire souffrir.

Vivre au XXIème siècle plus facile ou plus difficile qu’avant? Il y a des choses plus faciles et d’autres plus difficiles. En tout cas c’est merveilleux d’y être. Mais la partie du XXIème que je connais ne m’a apporté que du bonheur!

Plutôt Facebook ou Twitter?  Ni l’un ni l’autre. J’adore internet et j’y passe ma vie mais j’essaie de faire ça sans “personnaliser”. On peut tirer d’internet tellement de choses, c’est une telle encyclopédie, que j’ai choisi de faire comme ça.

Qu’est ce que vos parents vous ont légué de plus précieux? Beaucoup de choses!  Mais des choses que j’aime beaucoup… C’est probablement l’amour du cognac, de la Charente, de la terre. Mon père était passionné par les grands Hommes et les rayons cosmiques! Il m’a laissé cette passion, l’astronomie. Je n’y connais rien, mais cela me passionne quand même!  Ma mère était musicienne, écrivaine et j’ai aussi cette passion là,  j’adore Proust,  j’aime la mer. La Belle-Hélène ça, ça vient de mon père. (rires)

Qu’elle serait la bande son de votre vie? J’aimerais bien avoir l’ouverture de “Tristan et Yseult” de Wagner.

Où vous voyez-vous dans 10 ans? Je serais peut-être à la retraite et je me vois bien passer un peu de temps à Paris, m’éduquer, m’instruire, car il y a des choses extraordinaires pour les adultes qui ont envie d’apprendre comme les Bernardins… Mais aussi passer beaucoup de temps dans mes vignes, parce que la vigne vous apprend des choses tous les jours.

Merci beaucoup Monsieur Hennessy!

– Christine Rambaud

H250_Collector_Blend_white_1-e1424897951745-1© photos : Mike Wolf / JSBG

© vidéo : Philippe Girard / JSBG

Écrit par Christine

File-Good: le bio dans tous ses états

Montblanc Fine Stationery: les écrits restent, avec style