in

Fossil Group rachète les bracelets connectés Misfit

OURSPOLAIREBLANC SUR FOND BLANC - copie 3

Fossil Group, quatrième groupe horloger de par sa taille, a annoncé le rachat de la société Misfit, Inc., entreprise américaine active dans la technologie portable et des dispositifs connectés. Le rachat sera effectif avant la fin de l’année en cours pour un montant de $ 260 millions.

Cette acquisition permettra à Fossil Group de positionner rapidement ses marques phare (Diesel, Michael Kors, DKNY, Burberry…) sur le marché des montres connectées.

“Ceci représente pour nous une opportunité significative d’ajouter la technologie et la connectivité à toute notre plateforme de montres et accessoires”, a déclaré Kosta Kartsotis, président-directeur général de Fossil Group. “Grâce à l’acquisition de Misfit, Fossil Group se placera en position unique pour devenir leader dans la convergence du style et de la technologie, ainsi que pour ouvrir la voie au monde de la mode vers les marchés à forte croissance de la technologie portable et des dispositifs connectés.”

Sonny Vu, fondateur et actuel CEO de Misfit occupera le poste de président et de directeur de la technologie des dispositifs connectés pour Fossil Group, Inc.

Les choses se précipitent dans l’horlogerie suisse, les marques s’efforçant désormais de se positionner rapidement sur le marché des montres connectées, un marché qu’elles avaient commencé par sous-estimer. Mais le choix des stratégies pour y parvenir diverge: faire appel à des sous-traitants externes (Montblanc, Frédérique Constant,…), s’allier avec des géants du tech (TAG Heuer avec Google et Intel), et maintenant le rachat pur et simple d’acteurs existants tels que celui de Misfit par Fossil. Du côté du Swatch Group, hormis quelques timides Swatch à technologie NFC, on attend toujours l’arrivée (prévue) de sa première vraie smartwatch.

– Jorge S. B. Guerreiro

LES MARQUES DU FOSSIL GROUP:

fossil-brands_1_large

Écrit par jsbg

Palermo et Milano: Nespresso se met à l’heure italienne

“D’après une histoire vraie”, Delphine de Vigan (Prix Renaudot 2015)