in

Leila en vert en contre tout: Ecosia, un clic pour la planète

ecosia_projekt_burkina_faso_2-700x418

Connaissez-vous Ecosia? Ecosia est un moteur de recherche lancé en décembre 2009 par Christian Kroll à Wittenberg en Allemagne. Similaire à Google ou Bing dont il est partenaire, Ecosia reverse plus de 80% de ses bénéfices à des programmes de plantation d’arbres au lieu de se remplir les poches avec les revenus publicitaires, comme le font si bien ses confrères. Le but? Planter des arbres pour compenser le COgénéré par son activité et reverdir déserts ou zones déboisées par l’homme. Et le système semble plutôt efficace.

Pour preuve, ce 19 novembre 2015, Ecosia a franchi le cap symbolique des 3 millions d’arbres plantés grâce aux 740 000 recherches journalières de ses 2,5 millions d’utilisateurs.

Ecosia comment ça marche:

Lorsqu’on est devant son écran, comme vous qui me lisez en ce moment (merci d’ailleurs, c’est hyper sympa!), on utilise de l’électricité, des serveurs, un réseau et tout ça, ça pollue… Et on ne considère même pas ici l’énergie grise nécessaire à la fabrication des tablettes, smartphones et ordinateurs, nous parlons d’utilisation pure. En d’autres termes, toute activité liée aux technologies de l’information et de la communication (TIC) génère son pesant en équivalent CO2.

Par exemple: l’envoi d’un simple SMS émet 0,000003 grammes de CO2 dans l’atmosphère. Ça peut paraître peu, mais quand on sait que 200’000 messages sont échangés chaque seconde, on peut aisément imaginer l’impact que peut avoir la totalité de nos petits bavardages numériques.

Pour les e-mails, ce n’est guère plus reluisant: en 2013, chaque jour, il s’est envoyé 183 milliards de courriels dans le monde, spams non compris. Une étude de l’Agence de l’Environnement et Maîtrise de l’énergie L’ADEM, a révélé qu’un email de 1 méga qui sera lu pendant environ 5 minutes, n’émet pas moins de 19g de CO2. C’est autant qu’une Porsche Panamera de 310ch qui roule sur 100m.

Une recherche sur un moteur tel que Google ou Bing a, vous l’aurez compris, un impact sur la planète. Et des recherches, l’humanité en fait au minimum 200 millions par jour. Pour vous donner une idée, un internaute qui utilise Google pendant un an produit autant de C02 qu’un lave-linge pour une lessive. Et ça ne va pas en s’améliorant. D’après les pronostiques d’observateurs américains, d’ici 2020, les datas centers devraient représenter à eux seuls 6% de l’énergie consommée dans le monde.

Capture d’écran 2015-11-19 à 14.16.12

Alors pourquoi Ecosia?  S’il ne pourra pas nous aider en ce qui concerne les sms, les emails et les laves-linge, il s’avère être un outil précieux pour compenser nos recherches quotidiennes sur l’Internet. En utilisant ce moteur de recherche plutôt qu’un autre, vous faites un gestes pour la planète, pour l’Homme et vous avez l’assurance d’une activité neutre en CO2 sans fournir le moindre effort. Oui, sans effort et gratuit! D’ailleurs, s’il n’y avait pas un petit compteur en haut à droite de votre page Ecosia, vous ne vous rendriez même pas compte que vous plantez des arbres à chaque recherche. Si vous voulez, c’est un peu comme Farmville mais en mieux, puisqu’on jardine dans la réalité sans même avoir à s’en occuper.

Ecosia, s’installe très simplement et gratuitement en suivant ce lien: https://info.ecosia.org/what , il  devient alors votre moteur de recherche par défaut. Un poil moins performant que Google tout de même, il permet néanmoins d’approfondir les recherches en basculant sur ce dernier lorsque vous n’avez pas réussi à trouver les informations souhaitées. Malin!

Ecosia se consacre périodiquement à plusieurs projets. Depuis le 1er janvier 2015, la totalité des fonds récoltés est versé à deux associations belges WeForest et Entrepreneurs Without Borders (OZG)  qui reboisent le Burkina Faso. Dans un souci de transparence totale, le site met en ligne les récépissés des dons faits aux diverses associations environnementales.

À l’heure actuelle, Ecosia plante un arbre toutes les 13 secondes. De quoi booster son karma vert sans en avoir l’air.

–  Leïla Rölli

Le projet Ecossa au Burkina Faso

 

Écrit par Leïla

Salon des Antiquaires de Lausanne: une manifestation qui se réinvente

La musique d’Amina: Fever ray