in

Archives des sables, de Palmyre à Carthage

11_basse

En collaboration avec la Bibliothèque orientale de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, le Laténium ressuscite une époque pionnière de prospections archéologiques au Levant, à l’époque de l’Entre-deux-guerres, lorsque la Syrie et le Liban étaient gouvernés par la France, sous mandat de la Société des Nations. Cette exposition suit les traces d’un missionnaire jésuite, tout à la fois explorateur, géographe, inventeur, aviateur et photographe passionné d’archéologie: le père Antoine Poidebard.

Des fortins antiques perdus dans les steppes de Syrie, des voies romaines recouvertes par les sables, des tracés énigmatiques dans le désert, un peloton de méharistes à dos de dromadaires au galop, des ports anciens engloutis sous les eaux de la Méditerranée… l’exposition “Archives des sables, de Palmyre à Carthage” réunit une soixantaine de tirages originaux d’une qualité exceptionnelle, ainsi que des reproductions photographiques, des audiovisuels (films et interviews) et des documents d’archives inédits, qui illustrent les développements techniques de la détection aérienne en archéologie.

poidebard-2016-007_mj

L’exposition adopte une mise en scène épurée et d’une grande rigueur graphique. Dans une atmosphère lumineuse et le volume très généreux d’une vaste salle d’un seul tenant, le visiteur déambule devant les cadres sobres en bois clair, dont la succession est rythmée par des reproductions de grands formats, qui ponctuent les différentes thématiques abordées: la personnalité de Poidebard, les origines de la photographie aérienne, l’archéologie coloniale au Proche-Orient, les techniques aéronautiques, la méthode de détection aérienne, les combinaisons innovantes avec l’archéologie subaquatique, ainsi que la dimension ethnographique des explorations de Poidebard entre le Golfe persique et le Caucase, à l’époque de l’effondrement de l’ancien Empire ottoman.

A travers ce détour historique dans les années 1920 et 1930, l’exposition nous confronte à un enjeu patrimonial d’une actualité brûlante et douloureuse: celle de sites archéologiques désormais ravagés par les destructions et les pillages modernes. En présentant des témoignages irremplaçables sur le passé antique du Proche-Orient, “Archives des sables, de Palmyre à Carthage” met aussi en lumière l’instrumentalisation idéologique de l’archéologie à l’époque coloniale et invite le visiteur à prendre la mesure des responsabilités historiques de l’Occident dans le sort tragique réservé aujourd’hui à ce patrimoine culturel inestimable.

– Virginie Galbarini

***

Informations pratiques:

Archives des sables, de Palmyre à Carthage. Photographies d’Antoine Poidebard, explorateur et pionnier de l’archéologie aérienne

Jusqu’au 8 janvier 2017

Laténium, parc et musée d’archéologie, Espace Paul Vouga, 2068 Hauterive, Suisse

www.latenium.ch

affiche_a4_light

Photo d’entête: Palmyre (Syrie), l’esplanade sacrée et le temple de Bêl récemment détruit par Daech. © Bibliothèque orientale, Beyrouth

Écrit par Virginie

Hautlence et Colette s’associent pour créer un labyrinthe très spécial

Tom Ford est de retour au cinéma avec son nouveau film “Nocturnal Animals”