in

Mercedes a lancé aujourd’hui à Stockholm sa gamme EQ de véhicules entièrement électriques

Mercedes-Benz EQC 400 4MATIC, (BR N293) / designo Diamantweiß bright / Exterior: AMG Line / Interior: AMG Line / Der neue Mercedes-Benz EQC - der erste Mercedes-Benz der Produkt- und Technologiemarke EQ. Mit seinem nahtlosen klaren Design ist der EQC ein Vorreiter einer avantgardistischen Elektro-Ästhetik mit wegweisenden Designdetails und markentypischen Farbakzenten außen wie innen.;Stromverbrauch kombiniert: 22,2 kWh/100 km; CO2 Emissionen kombiniert: 0 g/km, Angaben vorläufig* Mercedes-Benz EQC 400 4MATIC, (BR N293) / desig no diamond white bright / Exterior: AMG Line / Interior: AMG Line / The new Mercedes-Benz EQC - the first Mercedes-Benz under the product and technology brand EQ. With its seamless, clear design, the EQC is a pioneer for an avant-garde electric look with trailblazing design details and colour highlights typical of the brand both inside and out.;combined power consumption: 22.2 kWh/100 km; combined CO2 emissions: 0 g/km, provisional figures*

Les ambitions sont claires: € 10 milliards d’investissement, 50 modèles au catalogue d’ici 2022 et 25% des véhicules vendus entièrement électriques à l’horizon 2025 – 50% si l’on y ajoute les hybrides. Le plus ancien des constructeurs automobiles a pris le temps de faire les choses bien avant d’investir en force dans les volts. Dès 2020 déjà, chaque modèle Mercedes aura son pendant électrique, soit au moins dix modèles différents au catalogue.

Aujourd’hui à Stockholm, la firme à l’étoile a dévoilé l’EQ C, le premier modèle de sa gamme EQ de véhicules entièrement électriques. Un véhicule positionné dans la catégorie SUV de taille moyenne, le plus important segment de marché à ce jour en Suisse. Côté design, l’avant de l’auto présente une signature lumineuse très caractéristique à feux à LED. Mais contrairement à BMW et sa ligne I, Mercedes semble privilégier un design moins “futuriste”, peut-être plus apte à convaincre sa clientèle à passer à l’électrique. Côte moteurs – avec un S, parce qu’il y en deux, un sur chaque essieu – l’EQ C disposera de 300 kW de puissance (l’équivalent de plus de 400 ch) et 765 Nm de couple. L’autonomie annoncée de 450 km devrait être atteinte grâce à un rack de batteries de 80 KWh.

 A noter que l’EQC aide son conducteur à gérer la consommation d’énergie et l’autonomie en proposant cinq programmes de conduite spécifiques : confort, eco, max range, sport, plus un programme permettant des réglages personnels. Sur les deux premiers, la pédale d’accélérateur devient tactile et la récupération d’énergie à la décélération devient réglable à l’aide de palettes de commande au dos du volant. Le système aide le conducteur à adopter une conduite anticipative, d’une part grâce à des consignes lui indiquant quand retirer son pied de la pédale d’accélérateur en anticipant les limitations de vitesse. Pour ce faire, le système de gestion croise les données du GPS, de la lecture des panneaux de signalisation et les informations fournies par capteurs radar et les caméras. 

De quoi concurrencer la Tesla Model X100 D ou l’Audi E-Tron Quattro (qui sera présentée au public lors du prochain Mondial de l’Auto de Paris, tout comme l’EQ C), ses adversaire frontales. Comme annoncé, son tarif sera « comparable à celui d’un GLC », soit un prix aux alentours des € 50’000.

Les deux trains roulants de l’EC-Q

Et pourquoi un constructeur allemand lance-t-il ses nouveautés en Suède, vous demandez-vous? – si, je suis sûr que vous vous êtes posé la question – et bien c’est parce que c’est là que les prototypes de l’EQC ont été testés l’hiver dernier, sous des températures avoisinant les -35°C (les électriques n’aiment pas trop le froid, en général). Bon, ils ont aussi beaucoup roulé sur les routes d’Espagne sous des températures avoisinant les 50°C. Mais la Scandinavie ça fait quand même plus progressiste et vert et design et tout ça, sans compter le fait que rien qu’en Norvège il y aurait déjà 2’000 clients qui auraient précommandé l’EQC avant même de l’avoir vu. 

Mercedes a également annoncé sa volonté d’étendre son réseau de bornes de recharge, planifiant à terme 400 points équipés de bornes sur le territoire européen. Outre la gamme 100% électrique EQ à proprement parler, le sigle EQ sera également apposé sur les autres véhicules Mercedes: EQ Boost pour les voitures équipées de batteries 48 watts, EQ Power pour les plug-in hybrides et enfin EQ Power+ pour les sportives hybrides de chez AMG. 

Les ambitions de Mercedes ne s’arrêtent pas là. Selon Jens Thiemer, boss du marketing à Stuttgart, outre l’électrification, la connectivité, la conduite autonome et l’économie du partage constitueront à l’avenir les clés du développement de l’industrie automobile. “Mercedes voit venir la fin de la propriété automobile par les habitants des métropoles à travers le monde. Ils veulent louer des véhicules au kilomètre à la place. La distribution sera également différente. Nous ne mettrons pas de côté nos distributeurs, mais il y aura une certaine proportion de ventes en ligne. La voiture de demain devient le service digital. Nos services doivent y être totalement intégrés. Les gens doivent être en mesure d’emprunter une Mercedes pour des trajets spécifiques très facilement, en réservant via leur smartphone. »

– Jorge S. B. Guerreiro

Snapseed 8

Écrit par jsbg

Beauty Monthly #08/18

Grand Basel, l’automobile est-elle un art?